« Ce que l’Homme peut déterminer dans l’univers qui l’entoure doit pouvoir coïncider avec certaines parties de sa propre physiologie. » Schwaller de Lubicz

Que signifie cette phrase tout a fait Hermétique ? Y a-t-il un lien occulte entre un quelconque signal gravitationnel et la force vitale ? Mes travaux et inspirations viennent, pour reprendre les mots de Râma Prasâd, de ma longue pratique méditative et de ce que le Divin a bien voulu me donner comme don, « L’intelligence connaissant l’intelligence sans le secours des mots ». Des hommes au service de forces sataniques et destructrices ont su récupérer les forces divines à leur compte, tandis que d’autres hommes au service de la lumière Divine les ont utilisées pour la connaissance.

Si Franck Agier nous lit, il pourra toujours faire une émission sur ce personnage.

schuonIl s’agit de Frithjof Schuon (1907 – 1998). Frithjof Schuon naît à Bâle en Suisse en 1907. Il est le deuxième des deux fils de Paul Schuon, violoniste d’origine allemande, et de Margarete Bolaire, alsacienne de langue française. Étant enfant, il est introverti et précoce, s’intéressant à l’art et aux religions – notamment orientales – auxquelles il est exposé très tôt par son père. Par son caractère et ses intérêts il attire l’attention et le respect de ses professeurs et camarades d’école. Intime avec René Guénon et entretenant une correspondance soutenue avec lui, il est le seul personnage de cette époque à l’avoir critiqué ouvertement, René Guénon étant atteint d’un syndrome de démence post-initiatique malgré ses fulgurances dans ses textes et publications.

Frithjof Schuon fut un authentique initié, détenteur d’une connaissance et d’une réelle voie d’intériorité. Nous attirons ici votre attention et votre concentration :

Schuon partit au Caire en 1939 à l’âge de 32 ans.

Renée Guénon arriva au Caire en 1930 à l’âge de 44 ans.

Schwaller de Lubicz arriva en Égypte en 1939 à l’âge de 52 ans.

Jean-Gaston Bardet était à Louxor en 1948 à l’âge de 41 ans.

Enel, le prince Michel Vladimirovich Skariatine, alla au Caire en 1935 à l’âge de 42 ans.

L’Égypte étant pour ces êtres qui allaient marquer l’ésotérisme du XXe siècle, un « Aimant » ! Schwaller de Lubicz l’avait bien compris, puisqu’il met en toute première page de son monumental ouvrage Le Temple de L’Homme : « Très respectueusement aux maîtres immortels de Ta-Méri, la Terre aimant du Ciel ». Nous pouvons aussi constater que pendant ce temps, en France, Armand Barbault, le génial spagyriste qui réalisa un or potable, commença ses travaux dans les années 1930 et récupéra la matière première qui servit à accomplir cet œuvre le 3 Août 1947. Alexander Von Bernus, auteur de Médecine et Alchimie, créa les laboratoires spagyriques Soluna en 1939. Il y a donc eu, de toute évidence, des dispositions astrales et cosmiques extrêmement puissantes à ce moment-là !

Signalons ici ce que nous révèle le génial Jean-Pierre Nicolas sur Pluton, à travers le formidable outil qu’est le RET : « Pluton ⇔ transcendance de la Transcendance (tT). Équilibre, maintien ou intensification de la complexité. Maintien du secret et de l’inconnaissable par la pluralité des interférences et des simultanéités inaccessibles à l’homme victime de l’unicité de sa pensée (voir Jean Fourastié qui a failli trouver le R.E.T.). Intensification des notions propres à la distance : l’insondable, l’abîme, le lointain en fuite, le long terme qui n’arrive jamais. Intensification de l’être : source d’anti-modèles. L’ego réfractaire »

Intervention cosmique de pluton dans la conscience humaine

En 1905, l’astronome américain Percival Lowell, né le 13 mars 1855, est intrigué par les perturbations orbitales de Neptune. La même année, Einstein établit sa première théorie de la relativité. C’est donc cette année-là que l’espace a commencé à bouger. En 1915 Lowell publie ses observations sur la planète Pluton. Mais c’est en 1930 que la première photographie au télescope de Pluton est effectuée par Clyde W. Tombaugh, précisément le 13 mars 1930, au moment précis où l’homme intervient sur l’intérieur de l’atome. Nous avons donc l’énergie plutonienne qui atteint la conscience cérébrale et spirituelle de nos auteurs initiatiques et se dirigent tout droit en Égypte, et d’autres qui commencent des travaux Hermétiques et Alchimiques d’importance capitale. Rappelons aussi qu’Herschel découvrit Uranus le 13 mars 1781.

Dans le même temps, l’utilisation de cette énergie est récupérée par les forces obscures, l’utilisation de la fission-fusion nucléaire pour la destruction. Le plutonium est un métal transuranien de symbole chimique Pu et de numéro atomique 94. Très dense (densité : 19,84), radioactif et toxique, il est découvert aux États-Unis par Glenn Seaborg, Edwin McMillan, Joseph William Kennedy et Arthur Wahl en 1940. Personnes qui ont participé au lâcher de la bombe sur Hiroshima le 8 Août 1945.

Paul Moser, ingénieur de la NASA né le 13 mars 1930, développa le générateur thermoélectrique à radioisotope, un petit générateur électrique fonctionnant au plutonium. Il fut utilisé pour alimenter des sondes telles que New Horizons, dont l’objectif principal est d’étudier Pluton, qu’elle survola le 14 juillet 2015.

C’est un cœur de plutonium qui a servi pour réaliser la première explosion atomique, l’essai Trinity. Le même métal a été utilisé dans la bombe Fat Man, la seconde et à ce jour dernière utilisation opérationnelle d’une bombe atomique, sur Nagasaki (la bombe Little Boy larguée sur Hiroshima avait un cœur en uranium enrichi). Nous voyons là deux actions totalement différentes à l’échelle mondiale. Une spirituelle et l’autre matérielle destructrice.

Il ne nous a pas échappé que la fête religieuse du 6 Août correspond dans notre calendrier à la transfiguration du Christ. Il s’agit d’un changement d’apparence corporelle de Jésus pendant quelques instants de sa vie terrestre, pour révéler sa nature divine à trois disciples.

Le malin n’en est pas à une inversion près ! Par d’incessantes transgressions il s’infiltre et utilise les fonctions cosmiques universelles pour son service, avec l’aide des hommes qui ne peuvent échapper à son pouvoir destructeur. Beaucoup d’auteurs alchimiques anciens n’ont-ils pas recommandé au niveau du principe, de séparer la lumière de son feu corrosif ?

Fulcanelli, dans Les Demeures Philosophales : « Le Coprin (du grec κόπρος, excrément) est un champignon cosmopolite et souvent éphémère, à spores noires, appartenant à la famille des agaricacées, hyménomycètes, dont les agarics (champignons de couche, chanterelles, etc.) ». Lors de l’explosion de l’un des réacteurs nucléaires de Tchernobyl, les champignons (pas atomiques) qui accumulèrent le plus de particules radioactives lors du passage du nuage subséquent furent les coprins.

L’énergie initiatique réelle ne ressemblerait-elle pas à une puissante énergie « Vitale » intériorisée, un état de conscience secret des différentes harmoniques du cosmos et du système solaire ?

« L’Univers n’est qu’une projection de la conscience humaine. » Schwaller de Lubicz

Si un être humain initié, qui connaît les arcanes des rayonnements de la conscience, peut donc contacter, toucher les planètes du système solaire et galactiques et les diriger là où il le souhaite… Nous finirons ici ou presque en laissant à votre sagacité le fait suivant : le lever héliaque de Sirius se produit en Août. Schwaller de Lubicz associait symboliquement Sirius au « neutron » de notre galaxie…

PARTAGER
Article précédentMiscellanée hermétique
Article suivantItsuo Tsuda – Deuxième partie
Photo du profil de Le temple de l'Homme
L’Égypte ancienne emprunte à l'Homme ses membres, ses gestes et organes pour symboliser les fonctions ésotériques de l'homme universel.

2 Commentaires

  1. Bonjour et merci pour le partage.
    René Guénon souffrant d’un syndrome de démence post-initiatique? Avez-vous des précisions à ce sujet? Cela m’intrigue!
    Je parcours votre site depuis une bonne quinzaine de jours et je dois dire que je n’en démords plus. Un site très riche que je recommande à chacun! Encore merci

LAISSER UN COMMENTAIRE