« Ainsi l’on constate qu’il y a au plus sept couches électroniques autour du proton atomique, rappelant le système planétaire septuple et ses correspondances métalliques, la gamme musicale, les couleurs, etc. Ajoutons à ceci les sept constantes fondamentales : e charge de l’électron : m masse de l’électron ; M masse de proton ; h constante de Plank ; c vitesse de la lumière ; g constante de la gravitation ; v constante cosmique. »

« Or c’est la « constante », pressentie par Henry Poincaré et déterminer par le Professeur Max et Plank, qui va jouer un rôle pondérant, notamment dans les découvertes de M. Louis de Broglie. La constante de Planck h, est, en résumé, un rapport invariable entre l’énergie E d’un photon et la durée d de sa vibration, soit EXd= h, quelle que soit l’onde ou couleur de la lumière, ou l’onde de tout autre rayonnement. En désignant l’inverse de la durée, c’est-à-dire la fréquence, par v, on aura E = h v, et h v, sera le quantum d’énergie, c’est-à-dire la plus petite quantité d’énergie dont les multiples entiers constituent le tout. Si E diminue, d augmente et inversement. Cette quantité d’énergie est la base actuelle de tout raisonnement en microphysique. Cette théorie des quanta d’énergie, élargie au principe de quantum d’action, travaillée ensuite par MM. Einstein et Bohr, est l’une des plus belles illuminations de l’esprit scientifique du moment. Ensuite fondée sur ces bases, c’est certainement la découverte de M. Louis de Broglie qui vient de Heisenberg, troubler le plus la quiétude des « mécanistes », puisque l’étude de la lumière vient démontrer l’existence simultanée de deux états contradictoires : Le caractère granulé dans la continuité d’une onde, c’est-à-dire le photon qui a l’apparence d’une quantité isolée paraissant dans une fonction continue de l’onde, le discontinu dans le continu. Ce sera cette simultanéité, que l’intelligence « cérébrale » ne pourra plus saisir mais dont l’expérience démontre l’existence qui va causer ce que le physicien Werner Heisenberg appellera le « Principe d’Incertitude » que je traduirai ici, psychologiquement par le « Moment Présent ».  Le symbole π est une synthèse ; le symbole C est la synthèse de la vitesse de la lumière ; dans les hiéroglyphes égyptiens, la coudée, l’avant-bras, est le symbole de la synthèse des mesures par sa mesure de l’univers particularisé en le microcosme humain. »

R.A Schwaller de Lubicz

Lumière

WQ&X

PARTAGER
Article précédentLa Lumière : Gaston Bardet
Article suivantJordan Belson – Samadhi
Photo du profil de Le temple de l'Homme
L’Égypte ancienne emprunte à l'Homme ses membres, ses gestes et organes pour symboliser les fonctions ésotériques de l'homme universel.

2 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE